autres textes      

Illustration de Louise Miara (6 ans et demi)

Raymond Queneau

       Brisset parle peu de lui-même, mais il nous apprend qu’il a été « religieux et zélé jusqu’à l’illuminisme », mais que "débarrassé... de toute superstition il trouve dans le calme d’une conscience honnête une tranquillité qu’(il n’avait) jamais connue".

Cet athéisme ne l’a jamais empêché de prophétiser -ce qui, en effet, n’a rien de contradictoire. Il faut même ajouter que dans le cas de Brisset, il n’a pas hésité devant les dates. Ne dit-il pas en 1906, dans Les Prophéties accomplies : « Nous savons que ce ne sera qu’en 1945 que l’ère de paix, de justice et de liberté du royaume de Dieu sera véritablement commencée. La septième coupe donne le signal de la destruction de toutes les religions et de tous

 Comme tant d’autres, Brisset se goure : les actes religieux animaux ou visibles n’ont pas disparu avec l’avènement de l’ère de paix, de justice et de liberté (tout de même, 1945... c’est une date). Et Brisset ajoutait: « Chacun se contentera d’être homme et nul n’acceptera d’être un homme supérieur. » Nous ne sommes donc pas encore entrés dans l’ère brissetienne. Mais quoi? du moment qu’il a vu le problème, on peut bien excuser Brisset de s’être trompé sur la date de la solution.

 

Bizarre n° 4, Les fous littéraires, 1957.

 

Retour  aux textes

                      

                 Dernière modification : novembre 2002