Pétition pour Jean-Pierre Brisset

Les soussignés, dans le but d'immortaliser Jean-Pierre Brisset, Prince des Penseurs injustement oublié, ancien employé de chemin de fer à Angers, auteur de nombreux ouvrages de grammaire et de philosophie et même de méthodes de français et de natation, demandent à qui-de-droit de faire ce qu'il faut en conséquence, afin que sa mémoire ne soit pas oubliée à Paris où il fut élu Prince des Penseurs et à Angers où il écrivit la plupart de ses oeuvres tout en travaillant à la gare Saint-Serge. Honoré et reconnu depuis longtemps par de nombreux auteurs : Jules Romains, André Breton, Robert Desnos, Marcel Duchamp, Raymond Queneau et j'en passe, Jean-Pierre Brisset, autant que certains et plus que d'autres, a bien mérité de la voirie. Nous demandons donc pour lui un nom de rue, de piscine, de gare, d'université ou de bibliothèque à Angers où il a vécu de longues années et à Paris où il a été couronné. L'inauguration pourrait se faire en 2005, pour le cent-unième anniversaire de sa retraite des chemins de fer, ou plus tard on n'est pas trop pressés, mais avant ma mort si possible,

                           Chasseboeuf Ernestine, retraitée, Coutures dans le Maine-et-Loire

Signer ici



Pétition signée par plusieurs centaines de personnes...

...Pierre Enckell , Paul Fournel , Marc Décimo, François Caradec, Jean-Bernard Pouy, Jean-Marie Laclavetine, Albert Algoud, Jules Mougin, Lou Laurin Lam, Jean-Claude Carrière, Tristan Bastit, Jean-Louis Bailly, Daniel Besnehard, Denis Péan, Eugène Durif, Valérie Rouzeau, Raphaël Sorin, Marcel Bénabou, des écrivains, des éditeurs et des lecteurs, des Angevins, des Ferté-Maçonniques et des Parisiens, des artistes, des comédiens, des metteurs en scène et des spectateurs, des psychiatres et des fous, tous ont signé cette pétition. Rejoignez- les !

Tous les signataires

Julien Gracq n'a pas signé, mais n'en pense pas moins...


Si vous approuvez cette action, envoyez un mot à 

Ernestine Chasseboeuf    49320 - Coutures

ou par y-mêle chasseboeuf@wanadoo.fr

ou signez directement le formulaire ici

 

La campagne d'Ernestine pour son cousin (putatif) Brisset
Lettres à

Roseline Bachelot.........................Gare Saint-Laud, Angers..............Sésame (Hôpital psychiatrique)

Jean-Claude Richard .........................Touzeil...................................La Ferté-Macé

Piscine Jean Bouin, Angers................BM Angers .............................Adjoint des sports

Université Saint-Serge .......................M. Pilet ................................ M. Descamps

Pierre Enckell ................................. Paul Fournel ............................ Bertrand Delanoë

aux Jean-Pierre Brisset de France

 

 

Le 25 janvier an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à Madame Bachelot Roseline

Madame,


Je vous vois souvent à la télé et même sur les journaux mais vous ne me connaissez pas, sauf si vous vous intéressez aux bibliothèques gratuites. Ça m'étonnerait un peu vu que de votre bord ils sont plutôt assez rétrogrades, mais comme vous aimez les contrarier on sait jamais. J'ai fait pas mal de courrier ces jours-ci pour une autre affaire, voilà: c'est à cause d'un livre que j'ai lu sur un nommé Jean-Pierre Brisset, qui a été le Prince des penseurs en 1913 et que tout le monde a oublié et pourtant il a travaillé longtemps à la gare Saint-Serge à Angers.
Il a fait beaucoup de recherches sur les grenouilles et c'est pour ça qu'il est connu dans le monde entier même à La Ferté Macé, mais pas à Angers, c'est un comble. Donc faudrait corriger ça en donnant son nom à quelque chose, une rue ou un cinéma. Je sais que vous êtes pas élue à la mairie d'Angers, mais comme vous êtes à Paris vous pouvez en toucher un mot à l'assemblée Nationale. J'ai lu qu'ils se réunissent pour parler de Tintin et Milou, s'ils se mettaient à parler de la philosophie des grenouilles ça élèverait le débat, à mon avis. Si vous avez le pouvoir de faire quelque chose pour sa mémoire, je vous en serai reconnaissante vu que c'est de ma famille par alliance et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,


Ernestine Chasseboeuf

(Pas de réponse)  

Retour à la liste des destinataires

 

 

 

 

Le 25 janvier an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures


à M. Richard,
Candidat maire d'Angers

Monsieur,

Vous ne me connaissez pas, mais c'est pas grave, c'est la période électorale faut bien que vous fassiez attention à tout le monde, même des gens qui votent pas chez vous. Si je prends un peu de votre temps c'est pour vous demander si vous êtes pour le patrimoine d'Angers, parce que l'autre équipe jusqu'ici elle s'est pas occupée d'un savant angevin qui travaillait à la gare Saint-Serge et qui est assez connu même en Angleterre et au Canada. Pourtant à Angers, pas une rue, pas un cinéma ou même une piscine qui porte son nom. Vous vous doutez que c'est de Jean-Pierre Brisset que je vous parle, celui qui a découvert que l'homme descend de la grenouille et que l'origine des langues ça vient de là aussi. Je vous cache pas que j'ai écrit aussi à Monsieur Antonini pour qu'il fasse une promesse ou deux là-dessus dans son programme. Faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier, parce que si par malheur vous veniez à être élu, ça peut me rendre service de vous avoir écrit avant. Ce Brisset c'était un lointain cousin de mon mari, c'est pourquoi ça m'intéresse qu'il ait une rue ou même seulement une impasse pour commencer, surtout si on m'invite pour faire un discours au banquet de l'inauguration... Voilà, je vous demande de faire pour le mieux, je surveillerai le Petit Courrier pour voir si vous allez en parler, parce qu'on l'a bien oublié depuis sa mort en 1919 et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

 

Ernestine Chasseboeuf

(Pas de réponse)

Retour à la liste des destinataires

 

 

 

 

Ernestine Chasseboeuf
49320 - Coutures



à M. le directeur
de la piscine Jean Bouin

Monsieur,

J'ai commencé à écrire à plusieurs personnes pour une affaire qui me tient à coeur vu que c'est de la famille, du moins je suppose. C'est à propos d'un certain Jean-Pierre Brisset qui était angevin et s'occupait de la natation, alors que votre Jean Bouin est né à Marseille et faisait de la course à pied, c'est écrit dans le dictionnaire. Jean-Pierre Brisset a écrit une méthode de natation et il a aussi inventé un caleçon de sauvetage aérifère, je l'ai lu dans un livre qu'a été écrit sur lui, donc en souvenir ça serait juste de rebaptiser votre piscine. Pour refaire le nom sur la façade vous aurez pas trop de frais, vous avez déjà le prénom Jean qui peut rester et aussi le B et le i de Bouin qui peuvent resservir, comme ça minimum de frais. Voilà ce que j'avais à vous dire, j'écris aussi à la Mairie pour leur en parler. Quand vous aurez refait l'inscription envoyez-moi une photo, ça me fera plaisir. S'il y a une inauguration dites-moi la date, j'essaierai de venir et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,


Ernestine Chasseboeuf

(pas de réponse)

Retour à la liste des destinataires

 

 

le 21 janvier deux mille et un
Ernestine Chasseboeuf

49320- Coutures



à M. le Directeur
de l'Université de la Gare Saint-Serge


Monsieur le Directeur,

 

Comme vous savez peut-être si vous prenez le Ouest-France, je suis assez âgée ce qui me laisse le temps d'aller au bibliobus. C'est là que j'ai emprunté un livre sur Jean-Pierre Brisset, le Prince des penseurs. J'ai choisi ce livre-là à cause du nom, j'ai connu une épicière à Chemillé qui s'appelait Brisset autrefois et je crois même que c'était de la famille de mon mari. Ça raconte que ce monsieur a écrit plusieurs livres, qu'il a été élu Prince des penseurs à Paris en 1913, et surtout qu'il a habité longtemps à Angers et même qu'il travaillait à la Gare Saint-Serge, près de chez vous. Alors je voulais vous souffler une idée pour votre université toute neuve, si vous avez à lui donner un nom, ça serait bien de l'appeler Université Jean-Pierre Brisset, vous pouvez-pas continuer à l'appeler Saint-Serge puisque c'est pas une université catholique comme l'autre, et il y a déjà Saint Martin , Saint Julien, le Sacré Coeur et je dis pas tout, alors Saint Serge en plus ça ferait trop. Si vous pouviez m'envoyer un petit mot pour me dire ce que vous en pensez, même si c'est la secrétaire qui l'écrit c'est pas grave, je pense bien que vous avez pas que ça à faire avec tous vos élèves et les devoirs à corriger. J'attends votre réponse positive, écrivez à Coutures, le facteur me connaît et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chasseboeuf

PS: J'écris aussi au Maire d'Angers, avant les élections faut en profiter, ils peuvent rien nous refuser, si on a pas l'Université Jean-Pierre Brisset on aura peut être une petite rue ou même une piscine pour commencer.

(Pas de réponse)

Retour à la liste des destinataires

 

 

 

 

le 29 janvier, an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à M. Pilet,
adjoint culturel à Angers


Monsieur,

Je vous envoie la copie de la lettre que j'ai écrite pour le maire à cause de mon cousin Brisset. C'est quand même un oubli de votre part. Ce philosophe est bien plus connu que beaucoup qui ont des noms de rues chez vous comme Eugène Brun clair qui a une rue et même aussi un square à son nom.
De Jean-Pierre Brisset, on en parle dans plusieurs livres, même dans des études psychiatriques, ce qui prouve que c'est un personnage important. On vient de me dire que André Breton , un poète, a écrit un mot sur lui et qu'on peut le lire aussi dans les écoles dans un livre des éditions Magnard, alors pourquoi vous vous occupez pas de lui? Je pense que vous pourriez donner son nom à une rue ou un monument du quartier Saint-Serge, mais évitez l'église vu qu'il aimait pas trop les curés d'après ce que j'ai compris, l'évêché vous ferait des histoires et c'est pas le moment à cause des élections.
Je vous demande de faire tout ce que vous pourrez de positif dans mon sens et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chasseboeuf

(pas de réponse)

Retour à la liste des destinataires

 

 

 

 

 

le 29 janvier an deux mille et un
Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à Monsieur l'adjoint des sports

Monsieur l'adjoint,


Vous allez trouver ici la lettre que j'ai envoyée à la piscine. J'ai tout dit, je peux pas vous en dire plus, mais si vous avez du pouvoir près du Maire, touchez-lui en un mot. C'est quand même important que l'inventeur du caleçon de natation aérifère à double réservoir compensateur soit pas totalement oublié. Donner son nom à une piscine ça lui aurait plu, j'en suis sûre, mais donnez pas son nom à une caserne ou à une église, il aimait pas trop ça, et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chasseboeuf

(pas de réponse)

Retour à la liste des destinataires

 

 

 

 

 

le 29 janvier an deux mille et un
Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à M. Le chef de Gare Saint-Laud

 

Monsieur le chef de gare,



Je vous avais jamais remercié pour le remboursement de 100 francs sur mon billet de train quand j'avais oublié de dire le mot de passe au guichet, alors voilà c'est fait, peut-être que vous vous souvenez de moi.
Si je vous écris maintenant c'est à cause d'une autre affaire: j'ai vu sur le courrier que vous avez reconstruit la gare toute neuve et je pense qu'au vingt-et-unième siècle vous pouvez pas redonner un nom de saint à une gare aussi moderne. J'ai regardé sur la vie des Saints, j'ai vu que Saint Laud à rien à voir avec le chemin de fer, pas plus que Saint-Serge ou Saint-Lazare, du moins je suppose. Alors si vous manquez d'idées pour un nouveau nom, je vous propose de l'appeler Gare Jean-Pierre Brisset, du nom d'un penseur angevin qui a travaillé autrefois à Saint-Serge et à Saint-Laud comme surveillant. Il a écrit des livres sur le langage des grenouilles et la grammaire française, sans compter la méthode de natation. Si vous voulez des renseignements supplémentaires hésitez pas à m'écrire, j'ai commencé un dossier et j'ai plusieurs renseignements intéressants sur lui. Dans le livre que j'ai emprunté à la bibliothèque, il y a aussi une photo. Je vous envoie la photocopie , comme ça vous pourrez faire sculpter un buste pour mettre sur la place et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,


Ernestine Chasseboeuf

(Pas de réponse)

Retour à la liste des destinataires

 

le 27 janvier an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à M. le Docteur Anglade
Hôpital Sésame à Ste Gemmes sur Loire


Monsieur,

On m'a donné votre nom comme quoi vous étiez un spécialiste psychiatrique. Comme je suis retraitée et que le jardin pour l'instant c'est que de la boue j'ai le temps de lire et d'écrire des lettres, comme celle-ci qui est pour vous demander votre avis autorisé par la faculté.
J'ai un lointain cousin présumé de mon mari qui s'appelait Brisset Jean-Pierre, c'était un savant, mais aussi un original, c'est pour ça qu'on l'a appelé fou littéraire ce qui est un peu vexatoire à mon avis, faudra me dire ce que vous en pensez, comme spécialiste. Il a écrit plusieurs livres qui paraissent intéressants puisqu'il était Prince des Penseurs en 1913 jusqu'à sa mort en 1919. J'ai écrit partout pour essayer qu'on donne son nom à une rue ou à une gare à Angers. Si des fois c'est refusé, on pourrait essayer l'hôpital Jean-Pierre Brisset. Je trouve que Sésame c'est pas très réussi, Sainte-Gemmes, c'est comme Charenton, ça faisait trop marqué, mais Hôpital Jean-Pierre Brisset à mon avis ça sonnerait bien. Ça serait toujours mieux que le nom de l'hôpital Larrey à Angers. Ça m'est arrivé d'aller me faire examiner à Larrey, c'est gênant à dire aux voisines, surtout si c'est ailleurs qu'on a mal. Voilà je compte sur vous, si on peut pas faire mieux, il y aura pétition et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,


Ernestine Chasseboeuf

(Pas de réponse)

Retour à la liste des destinataires

 

 

 

 

le 29 janvier an deux mille et un
Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à Mme la bibliothécaire
de La Ferté-Macé

Madame,



On m'a conseillé de vous écrire à cause d'une campagne que je mène pour réhabiliter le cousin présumé de mon mari, un certain Jean-Pierre Brisset que vous connaissez bien. Je cherche des lettres de soutien pour donner le nom de Brisset à une rue ou à un monument d'Angers, d'autant plus que cette année il y a 82 ans qu'il est mort à 82 ans, donc c'est son anniversaire, et ça serait l'occasion de faire quelque chose à sa mémoire. Je vous donne pas plus de détails puisque votre bibliothèque en est spécialiste vous savez tout. On m'a dit qu'il y aura un spectacle à Angers en avril sur Jean-Pierre Brisset, je vous tiendrai au courant. Il paraît aussi qu'ils vont rééditer ses œuvres, comme ça je pourrai enfin les lire et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,


Ernestine Chasseboeuf

(Les bibliothécaires et beaucoup d'habitants de La Ferté-Macé ont signé la pétition)

Retour à la liste des destinataires

 

 

 

 

le 27 janvier an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320-Coutures


à M.Touzeil
dans l'Orne


Cher monsieur,

Je vous écris cher Monsieur sans vous connaître parce que c'est Monsieur Laurendeau qui m'a donné votre nom. Je le connais bien puisqu'il a édité les lettres de ma brouette. Maintenant que les affaires des bibliothèques me tracassent moins, je m'intéresse à un lointain cousin présumé de mon mari, Jean-Pierre Brisset. Je vous raconte pas sa vie puisque c'était un voisin à vous, vous devez être au courant. A Angers c'est pas pareil, j'en ai parlé à plusieurs personnes, tout le monde m'a dit inconnu, même une personne qu'est au club Julien Lepers et qui répond à tout. J'ai écrit à la Mairie d'Angers et à plusieurs personnes influentes pour faire donner son nom à un bâtiment ou une rue, je vais bien voir si j'ai des réponses, mais si c'est négatif, faudra aller jusqu'à la pétition, c'est là que je compte sur vous pour la région Normandie. Dites-moi ce que vous pensez de tout ça, moi ça me tracasse et j'espère que ma lettre vous trouvera de même

Ernestine Chasseboeuf

P.S: Prudence Gras c'est sûrement aussi une parente à moi. J'ai mon arbre généalogique qui touche Béhuard par une branche et à Béhuard tout le monde est de famille à cause des insulaires, donc consanguins, surtout l'hiver à cause des inondations.

(Toute la famille a signé, et même les amis)

Retour à la liste des destinataires

 

 

 

le 24 janvier an deux mille et un
Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures


à Mme Belhayche
Bibliothèque municipale d'Angers

Chère Madame,

Je viens vous présenter mes voeux pour la nouvelle année, et surtout que Madame Tasca nous fasse pas une entourloupe avec la location des livres, j'ai lu ça sur un journal, ça paraît pas bien clair, faut continuer à ouvrir l'oeil. Pour l'instant je m'occupe surtout d'une autre histoire. C'est à cause d'un lointain cousin de mon mari, un nommé Jean-Pierre Brisset, j'ai lu l'histoire de sa vie, il a été le Prince des Penseurs comme vous devez le savoir puisque c'est votre métier. J'ai lu des extraits de ses livres, ça paraît bien intéressant et j'aimerais en savoir plus, je passerai au beau temps voir si vous avez des livres de lui. J'ai écrit au Maire d'Angers pour savoir si on pourrait pas donner son nom à une petite rue. Place Saint-Serge il y a l'Université et le Cinéma qui pourraient s'appeler Brisset, ça serait justice puisqu'il travaillait là-bas, mais ça pourrait être aussi votre bibliothèque, puisque c'était un écrivain et que votre bibliothèque a pas de nom alors qu'on en donne même aux petites bibliothèques de campagne comme celle de Pouancé qui porte le nom de mon ami Jules Mougin, on se demande pourquoi, vu que c'est à Ecouflant qu'il était facteur et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chasseboeuf

(Reçu une jolie carte et des encouragements).

Retour à la liste des destinataires

 

 

le 2 février an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures


à M. Descamps
adjoint culturel au maire d'Angers



Monsieur l'adjoint,


J'avais écrit à un Monsieur Pilet mais on me dit que la culture à Angers c'est vous, donc voilà : c'est à cause du cousin putatif de mon mari. Les premières lettres j'ai écrit cousin présumé mais on m'a dit que putatif c'est plus juste comme adjectif, surtout pour un cousin. L'histoire, c'est que ce cousin Brisset qui a été élu Prince des Penseurs à Paris en 1913 a même pas une ruelle ou une impasse à son nom alors qu'il a travaillé à Angers aux chemins de fer de la gare Saint-Serge et que c'est là qu'il a écrit tous ses livres sur les origines des humains et même des grenouilles.
Comme c'est bientôt les réélections, je pense que c'est le moment de nous promettre quelque chose à ce propos. J'ai réfléchi depuis que j'écris partout, et je pense que ce qui serait le mieux c'est de débaptiser la place Mitterrand puisque personne s'est encore habitué à l'appeler comme ça. Sur la rose en tôle les employés communaux ils auraient juste à coller quelques grenouilles pour en faire un monument commémoratif. Si vous pouvez faire l'inauguration au début avril, ça tomberait juste pour le spectacle qui va se faire en son honneur. En tant que cousine on doit m'envoyer deux places gratuites et je pourrai vous en garder une si ça vous intéresse. Voilà, faites pour le mieux, mais c'est l'année ou jamais puisqu'il est mort à 82 ans il y a 82 ans, jamais ça tombera aussi juste et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chasseboeuf

(Pas de chance, il est plus adjoint).

Retour à la liste des destinataires

 

le 2 février an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à M. Pierre Enckell

Cher Monsieur,


Encore merci d'avoir acheté de mes brouettes, j'espère que ça aura plu à votre maman, souhaitez lui une bonne année de ma part, à nos âges, c'est la santé le principal, et avec une bonne météo et la paix dans le monde, ça serait parfait. Quand j'allais chez le dentiste je lisais vos articles sur les livres, dans le Journal du Jeudi, c'était bien intéressant, mais c'était des vieux livres pas faciles à avoir à la bibliothèque. Si je vous écris aujourd'hui, c'est à cause d'un présumé cousin lointain de mon mari, Jean-Pierre Brisset que vous devez connaître puisque les vieux livres c'est votre affaire, vous avez peut-être écrit sur lui mais comme maintenant j'ai l'appareil complet en haut et en bas, j'ai plus l'occasion de vous lire. J'ai lu l'histoire de la vie de ce cousin Brisset qui a été le Prince des Penseurs et ça m'a donné l'idée qu'on devrait lui donner une rue à Angers.
Comme personne a jamais eu un nom de rue dans la famille ça serait une occasion .de réparer cette injustice. Donc je lance une campagne pour les 82 ans de sa mort à 82 ans dont c'est juste l'anniversaire cette année. Si vous êtes d'accord avec moi, répondez-donc un mot de soutien, c'est normal que les Princes des Penseurs aient des rues à leur nom puisque même les évêques et les maréchaux en ont et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,


Ernestine Chasseboeuf

Extrait de la répose de Pierre Enckell :

.....J'approuve bien entendu, des deux mains et du reste, l'idée d'une rue J.-P. Brisset à Angers. Ce ne sont pas toutes les villes, quand même, qui ont eu un chef de gare qui était Prince. Et écrivain célèbre, en plus, il a écrit de bien jolies choses sur les grenouilles. Le conseil municipal va sûrement être content, si on lui propose d'honorer le grenouillage...

Retour à la liste des destinataires

 

le 2 février an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à M. Paul Fournel



Cher monsieur,


Ça fait bien longtemps qu'on a pas eu de correspondance ensemble, mais là j'ai encore lancé une campagne. C'est pour honorer notre angevin oublié Jean-Pierre Brisset, qui est un cousin supposé putatif de mon mari. A Angers toutes les rues ont des noms sauf Jean-Pierre Brisset qui n'en a pas, de rue. Justement cette année c'est le 82ème anniversaire de sa mort à 82 ans et une occasion comme ça, c'est comme une éclipse du siècle, c'est qu'une fois dans la vie. Donc si vous voulez me soutenir dans mes démarches pour qu'il ait une rue ou même une ruelle, faites-moi un petit mot. Si le maire d'Angers apprend que Brisset est connu à l'étranger et même en Egypte, ça va peut-être le décider, pour l'instant pas de nouvelles, faut sans doute qu'ils réunissent le conseil pour décider. Voilà, j'espère que vous allez bien, si vous visitez les pyramides, allez pas dans la chambre du pharaon Ramsès, il y a une malédiction, je l'ai lu dans un vieux Historia. Ici ça va, sauf le temps, impossible de jardiner et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,


Ernestine Chasseboeuf

Extrait de la répose de Paul Fournel :

Chère Ernestine,

Bien sûr qu'il faut faire une rue BRISSET, une avenue même, une place. Je croyais que celà était chose faite depuis des lunes. Alors, au travail !

"Cher Conseil Municipal : il est indispensable de donner le nom glorieux de votre compatriote BRISSET, écrivain et linguiste de haute stature, à une rue ou avenue de vitre ville, Ce sera un service à rendre à sa mémoire et à votre gloire. D'avance, je vous félicite. Votez bien !"

Paul Fournel

Retour à la liste des destinataires

 

le 5 février an deux mille et un

Ernestine Chasseboeuf
49320- Coutures



à M. Delanoë,
candidat maire de Paris


Cher Monsieur,

Vous vous souvenez peut-être de moi, Jean Lebrun vous avait lu une lettre de moi à son Pot au feu quand je vous demandais de pas prendre le logement de fonction à la Mairie de Paris. Maintenant que c'est dans la poche, j'espère que vous allez suivre mon conseil. Si vous habitiez dans la dorure, ça va vous monterait à la tête et vous finiriez au Tribunal comme les autres. Alors, prudence. Si je vous écris avant que vous soyez élu, c'est parce qu'après vous allez avoir tous les quémandeurs et c'est pas mon genre. Je suppose que quand vous aurez pris le pouvoir vous allez être obligé de débaptiser les rues des gaullistes comme ça se fait habituellement. J'ai justement un cousin de mon mari qui était Prince des Penseurs à Paris et qui n'a pas de rue ni de monument à son nom, même à Angers où il travaillait. Il s'appelle Jean-Pierre Brisset. Je vous demande pas la place de l'Etoile Charles de Gaulle ou le Centre Pompidou, mais si vous aviez une bibliothèque ou une rue assez passante ça ferait notre affaire et j'espère que malgré vos occupations électorales ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chasseboeuf

Extrait de la réponse de la Mairie de Paris :

Vous avez bien voulu appeler l'attention de Monsieur Bertrand Delanoë, Maire de Paris, sur votre souhait de voir le nom de votre cousin, Jean-Pierre brisset, attribué à une voie de la capitale.

En raison du nombre très important de dénominations en attente et de la raréfaction des sites parisiens nécessitant une dénomination, il n'est pas possible de répondre favorablement à votre demande.

Je vous prie d'agréer...

Retour à la liste des destinataires

Lettre adressée à vingt Jean-Pierre Brisset en France :

à M. Jean-Pierre Brisset

Monsieur,

Je recherche des parents du cousin présumé de mon mari, qui s'appelait Jean-Pierre Brisset comme vous. J'ai lu un livre sur sa vie et je cherche s'il aurait encore de la parenté. D'après le livre c'est non, mais au début on disait que Montand et Mitterrand non plus et pourtant ils avaient une fille, mais pas la même, évidemment.
Si je vous écris c'est pour savoir si mon Jean-Pierre Brisset c'est votre grand-père ou même un grand oncle ou un cousin. J'ai fait chercher dans le minitel dans tous les départements, pour l'instant vous êtes une vingtaine de Jean-Pierre Brisset sur ma liste, mais c'est pas fini, je sais pas trouver ceux qu'ont pas le téléphone. Si vous voyez pas de qui je parle, c'est le Jean-Pierre Brisset qui travaillait à la gare d'Angers et qui a été lu Prince des Penseurs. Ils vont ressortir ses livres au printemps et même une pièce de théâtre alors dites-moi si vous êtes de la famille et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chasseboeuf

Post Scriptum : Je vous joins la documentation, vous verrez que je raconte pas des bêtises.

Retour à la liste des destinataires                          Une réponse  

 

 

 

Des réponses...

Extrait de la réponse de Julien Gracq :

Madame,

Je ne signe guère les pétitions, en effet, et je ne signerai pas la vôtre. Je m'en excuse, et je m'en console. En effet, les visées du prince des Penseurs étant gigantesques, pour lui rendre un hommage calibré, il ne faudrait pas moins que débaptiser la place du Ralliement ou le boulevard Foch. Et vous risquez, hélas! de rencontrer là bien des difficultés.

Merci pour cet envoi, qui m'a réjoui et mis de belle humeur.

J. Gracq


Bientôt d'autres lettres...
Retour à la liste des destinataires


Chambernac Biographie Bibliographie Textes Dictionnaire
Mots à lier Pétition Liens